GUEZON : UN CHAPEAU ET 08 MORTS

Le 20 Décembre 2020, deux jeunes de deux communautés différentes se sont battus, comme cela arrive dans les ruelles de toute localité. L’un a arraché le chapeau traditionnel de l’autre. Cette petite brouille banale est devenue un problème entre les groupes de jeunes des deux communautés dans une nouvelle bagarre générale le 26 décembre 2020, dans laquelle un jeune homme a perdu la vie. Le lendemain 27 décembre 2020, ce sont les deux communautés entières qui s’affrontaient à Guezon (Duekoué).

Bilan : 08 morts, des blessés, des dizaines de cases et de maisons incendiées , des dégâts matériels et des biens familiaux partis en fumée.Ce sont pourtant des communautés qui vivent en harmonie depuis des décennies. Pour un chapeau, 08 vies annihilées et des constructions et biens perdus à jamais. L’équipe de AUBE NOUVELLE a parcouru chacune des maisons incendiées et s’est entretenue avec chacune des communautés, ainsi que les jeunes.

En réalité, le chapeau n’a été que le prétexte pour un conflit qui couvait et qui a certainement été ignoré par les communautés elles-mêmes.Comme nous l’avons souligné dans un rapport antérieur, les motifs politiques ou sociaux ne sont que les prétextes immédiats (raisons apparentes) de déclenchement de crises graves. Les vraies raisons sont profondes et couvent sous nos yeux pendant des décennies sans que nous ne fassions rien. Notre rapport analytique sur Guezon et sur le Guemon de façon générale qui sera rendu public dans quelques jours, examinera les causes apparentes et profondes de ce type de dérives meurtrières.Mais d’ici là, il est important que tous, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, nous nous impliquions dans la résolution des crises communautaires, en regardant courageusement en face nos vrais problèmes, en en discutant de façon sincère, afin d’y trouver des solutions acceptables pour chaque partie. Fermer les yeux sur ces problèmes de nos communautés, c’est favoriser une paix fragile et précaire où un chapeau arraché arrache 08 vies à notre affection.

Dans cette grisaille, il y a toujours espoir et l’Amour triomphera toujours. Traoré se désole de ne plus pouvoir fréquenter ses amis d’enfance de l’autre communauté, puisque le village est désormais coupé en deux et les communautés ne se fréquentent plus.À une frêle jeune fille de 24 ans, à qui j’ai demandé à quoi est dû le bandage sur sa main, elle me répond avec un sourire innocent : « Mon agresseur a voulu me tuer. J’ai attrapé son couteau et on s’est battus. C’est ça qui m’a blessé. Mais je suis vivante , c’est mieux. Je remercie Dieu».Son fiancé, Romain, a eu toute son oreille droite tranchée depuis la base et jetée en brousse . Son oreille gauche a elle été tranchée à moitié (voir photos). Tout ceci pendant qu’il était ligoté. Il me dit : « j’ai pardonné. Je n’ai aucune haine dans le cœur . La vengeance ne nous sauvera pas ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s