C’EST NOTRE PAYS

Ce week-end, je lisais les réactions à certains de mes posts et cela m’a inspiré le présent billet. Si nous disons que le pays a réalisé de grandes infrastructures, c’est ce que les yeux des Abidjanais voient.

Si notre appréciation des réalités évidentes est fondée sur notre appartenance politique, c’est que notre pays devra s’inquiéter de ses intellectuels. Comment fait-on pour troquer son intelligence contre un suivisme collectif coloré?

C’EST NOTRE PAYS. Les hommes passent (nous passerons tous), les humeurs passent, les inimitiés passent. Mais, notre pays restera, nos enfants et nos petits-enfants hériteront de la douceur et de l’amour que nous leur lèguerons.

Ne mettons pas tout dans le prisme de la politique.

Tel Maire est de tel parti politique. Ses actions sont bonnes ou pas?

Tel individu a pris des couleurs politiques; ce qu’il dit est-il sensé ou pas?

Telle montagne est en train de s’affaisser en raison de l’érosion, où est la dimension politique dans ce que tout le monde voit?

À force de tout lier à la politique, celui-ci en arrivera à ne même pas remarquer que son voisin a besoin d’ aide, que sa femme est en peine, celui-là ne verra pas que son employé l’admire, que sa communauté souffre, que la pluie va tomber, que son ami a perdu énormément de poids.

Sortons de toutes les suspicions les uns contre les autres qui empoisonnent notre quotidien.

Quand je sors à Boribana, à Wassakara, à Audouin Beugreto, Adjouffou, Zoe Bruno, je ne vois que des femmes et des hommes faits de chairs et d’os qui veulent vivre.

C’EST NOTRE PAYS. Aidons à le bâtir.

Ce serait si dommage de quitter la terre des hommes sans avoir rien fait pour notre pays, notre quartier, nos voisins, nos parents, nos amis et de passer notre temps à nous quereller, à nous diviser et à nous violenter à la moindre incompréhension dans nos communautés.

Ce serait dommage de regarder l’autre, non comme un réservoir d’amour, mais comme un adversaire.

L’Afrique est le continent où il y a le plus de partis politiques. Les Africains sont les plus grands politiciens de la terre.

Où toute cette effervescence politique a-t-elle mené notre continent? Sommes-nous le continent le plus riche et le plus heureux de l’univers? 
Non.

A quoi nous sert-il donc de nous déchirer à la moindre différence de points de vues?

C’EST NOTRE PAYS. Notre génération doit apprendre à s’élever et voir les choses autrement que par un rapport de force permanent.

Le travail administratif est certes la résultante d’options politiques générales, mais il n’est en définitive que le service à la communauté.

Notre circonscription, le Département d’Abidjan, a besoin de tout le monde et de toutes les énergies. Mettons nous en synergie et non en désagrégation sociale.
Respectons nos différences et travaillons pour notre pays.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s